Main menu

foretnature

Forêt Wallonne n° 77 (juillet/août 2005)

coverFW77Une nouvelle circulaire pour favoriser la biodiversité en forêt

La Division de la Nature et des Forêt (Région wallonne) vient de se doter d’une nouvelle circulaire en vue de favoriser le développement de la biodiversité dans les forêts soumises. L’auteur de l’article, par ailleurs coordinateur du groupe de travail en charge de l’élaboration de ce document, en retrace la genèse. Il expose également quelques réalisations d’ores et déjà en place au niveau des forêts soumises et exposées lors de la journée de présentation de la nouvelle circulaire. Il ressort des discussions engagées lors de la journée de présentation que le manque à gagner lié à l’adoption de mesures favorables à la biodiversité forestière est souvent peu important et ne remet nullement en cause la fonction de production de la forêt.

Branquart E. [2005]. Une nouvelle circulaire pour favoriser la biodiversité en forêt. Forêt Wallonne 77 : 3-9.

Télécharger l'article en pdf

 

Forêt-Gibier-Chasse, L’impossible entente ?

Respectivement rédacteur en chef des revues Chasse & Nature et Forêt Wallonne, les deux auteurs se sont prêtés au jeu de la discussion à bâtons rompus pour essayer de cerner ensemble, et sans faux-semblant, les origines de la mésentente actuelle entre gestionnaires forestiers et chasseurs.

Les auteurs notent tout d’abord l’évolution de la chasse qui n’est plus, pour la majorité de ses pratiquants wallons, qu’un loisir saisonnier pour lequel la préoccupation de gestion d’un cheptel n’est plus envisageable ou envisagée.

L’évolution sans cesse croissante des prix des baux de chasse est également évoquée avec ses origines et ses conséquences. La nécessité d’enrayer cette escalade ainsi que quelques pistes pour y parvenir sont exposées, en faisant référence à certaines expériences ou pratiques déjà en place ailleurs. Les limites des méthodes de réalisation des plans de tir sur base de densité de gibier sont évoquées et l’opportunité de considérer la santé du cheptel comme critère primordial est avancée : le suivi d’indicateurs biologiques tel le poids corporel semble rencontrer l’assentiment des deux auteurs.

En conclusion, les auteurs prônent une remise à plat de la problématique et finalement, une reconnaissance des droits et devoirs de chacun des acteurs concernés.

Haÿez F., Bailly M. [2005]. Forêt-Gibier-Chasse, L’impossible entente ? Forêt Wallonne 77 : 10-18.

Télécharger l'article en pdf

 

Vers la récolte annuelle ciblée de quelques arbres-objectif de très haute qualité pour assurer les recettes forestières

Au travers de cet article, l’auteur entend démontrer que s’engager aujourd’hui dans la production de quelques arbres-objectif de qualité irréprochable devrait engendrer des revenus financiers comparables à ceux obtenus par une sylviculture traditionnelle.

Pour ce faire, l’auteur aborde différents thèmes, à savoir :

  • la valeur d’avenir des bois de résineux de qualité sciage et l’intérêt pour nos producteurs de se tourner vers la production de bois feuillus de qualité ;
  • la phase de grossissement : si elle est bien respectée, elle devrait nous permettre d’envisager des accroissements annuels moyens en hêtre de 2,5 à plus de 3 cm et donc la récolte de bois de qualité en 100-120 ans ;
  • l’importance de cibler son travail sur un nombre restreint d’arbres régulièrement répartis au sein du peuplement : 20 à 30 arbres de très haute qualité présentant 6,5 mètres de fût parfait ;Enfin, l’auteur s’attarde longuement sur les prix que l’on peut attendre de ce type de bois. Il insiste sur le fait que ceux-ci n’ont rien à voir avec ce que nous fournit la sylviculture traditionnelle puisque la valeur des « cubes parfaits » se voit généralement occultée par la valeur du reste de la grume, très inférieure voire quasi nulle. Enfin, la valeur unitaire des arbres de qualité est souvent noyée au sein de coupes de toutes catégories et dimensions.

Baar F. [2005]. Vers la récolte annuelle ciblée de quelques arbres-objectif de très haute qualité pour assurer les recettes forestières. Forêt Wallonne 77 : 19-36.

Télécharger l'article en pdf

 

Alternative à la futaie régulière monospécifique, ou comment transformer une pessière en peuplement irrégulier mélangé plus proche de la nature ?

Aujourd’hui, certains gestionnaires ou propriétaires souhaitent quitter la futaie régulière monospécifique et s’engager dans une sylviculture plus proche de la nature : plus irrégulière, plus diversifiée mais tout aussi rentable. Convaincus du bien-fondé de cette nécessité de changer, reste encore la question de la transformation proprement dite. Cet article propose quelques pistes de travail pour l’obtention d’un peuplement irrégulier, plus proche de la nature, finement mélangé et composé d’essences feuillues et résineuses. Il se base sur la technique des arbres-objectif, abordée plusieurs fois déjà par l’auteur. Deux options de plantation sont proposées à savoir :

  • la plantation sous abri avant exploitation, où l’on installera 30 à 40 cellules de régénération (5 x 5 mètres) par hectare. Le nombre de 30 à 40 arbres-objectif par hectare se justifie par la méthode qui encourage le développement de très large cime atteignant 20 mètres de diamètre ;
  • la plantation 5 à 15 ans après exploitation. Cette option vise à profiter de la régénération naturelle qui permet de limiter la quantité de plantation, d’enrichir le biotope, de protéger les éventuelles plantations… L’auteur illustre ses propos par un exemple pratique.

Deux méthodes d’exploitation des pessières sont également discutées en présentant les avantages et inconvénients de chacune dans le contexte présent (exploitation par arbre cible, par bandes ou petites coupes à blanc).

Baar F. [2005]. Alternative à la futaie régulière monospécifique, ou comment transformer une pessière en peuplement irrégulier mélangé plus proche de la nature ? Forêt Wallonne 77 : 37-53.

Télécharger l'article en pdf

Contact

Forêt Wallonne asbl
Rue Nanon 98
5000 Namur
T +32 (0)81 390 800
info@foretwallonne.be

Evenements

Forêt-MAIL