Main menu

foretnature

Forêt Wallonne n° 129 (mars/avril 2014)

coverFW129Actes du colloque « Chercheurs-Gestionnaires » (Wépion, 28 janvier 2014).

 

15 ans d’Accord-cadre de recherches et vulgarisation forestières

Didier Marchal

En préambule à ce numéro spécial de la revue « Forêt Wallonne » consacré au colloque de restitution de l’Accord-cadre de recherches et vulgarisation forestières, cet article retrace l’historique et détaille le fonctionnement de ce partenariat entre l’administration, la recherche et la vulgarisation qui fête la fin de son troisième quinquennat d’existence cette année.

fw129-15ansLe quatrième Accord-cadre est en préparation. L’objectif initial est toujours d’actualité : améliorer les pratiques de gestion forestière en s’appuyant sur des résultats de recherche concrets et finalisés à travers des outils, des formations et des documents de vulgarisation aboutis. Les sujets de recherche abordés dans ce prochain quinquennat seront nombreux et intégreront notamment :

  • les questions portant sur les changements globaux ;
  • le développement d’outils d’analyse prospective de la forêt ;
  • le développement et la promotion de sylvicultures peu connues ;
  • les questions portant sur l’équilibre forêt-grande faune.

À noter : la place réservée par l’administration à la vulgarisation de ces matières auprès des agents forestiers et à leur formation continue. [D.A.]

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

Marchal D. [2014]. Quinze ans d’Accord-cadre de Recherches et de Vulgarisation Forestières. Forêt Wallonne 129 : 3-7 (5 p., 1 réf.).

 

fw129-RNchenesLa régénération naturelle des chênes indigènes en Wallonie

Grégory Timal, Pascal Balleux, Quentin Ponette

En 2012, une vaste enquête a invité les forestiers du DNF, de la Donation Royale de Ciergnon et de Bruxelles-Environnement à décrire l’état de leurs régénérations naturelles de chêne ainsi que les orientations sylvicoles choisies. Le but était de pouvoir isoler les itinéraires possibles en fonction des historiques et des facteurs stationnels.

Les investigations menées soulignent la nécessité de distinguer les types de chênaies selon le contexte dans lequel elles se situent. La structure du peuplement semencier, la nature du sous-étage, le contexte stationnel, la nature de la végétation adventice et le traitement suivi orientent le choix du sylviculteur sur l’itinéraire à adopter pour sauver et éduquer sa régénération de chêne. [C.H.]

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

Timal G., Balleux p., Ponette Q. [2014]. La régénération naturelle des chênes indigènes en Wallonie : état des lieux et expériences réussies. Forêt Wallonne 129 : 8-18 (11 p., 3 fig., 1 tab., 3 réf.).

 

La régénération naturelle des hêtraies-chênaies en lumière : approche expérimentale en forêt ardennaise

Gauthier Ligot, Hugues Claessens, Olivier Baudry, Quentin Ponette

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

Ligot G., Claessens H., Baudry O., Ponette Q. [2014]. La régénération naturelle des hêtraies-chênaies en lumière : approche expérimentale en forêt ardennaise. Forêt Wallonne 129 : 19-21.

 

Le densiomètre convexe : un outil pertinent pour estimer l’éclairement en forêt feuillue

Olivier Baudry, Quentin Ponette

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

Baudry O., Ponette Q. [2014]. Le densiomètre convexe : un outil pertinent pour estimer l’éclairement en forêt feuillue. Forêt Wallonne 129 : 22-23.

 

Les dispositifs enclos-exclos : une solution pour évaluer l’équilibre forêt-grande faune

François Lehaire, Philippe Lejeune

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

Lehaire F., Lejeune P. [2014]. Les dispositifs enclos-exclos : une solution pour évaluer l’équilibre forêt-grande faune. Forêt Wallonne 129 : 24-25.

 

fw129-douglasLes courbes de productivité du douglas, de l’épicéa et des mélèzes revisitées

Jérôme Perin, Olivier De Thier, Hugues Claessens, Philippe Lejeune, Jacques Hébert

Les résineux représentent une grande part des surfaces forestières productives en Wallonie. Plus particulièrement, l’épicéa est encore à l’heure actuelle la première essence de production en volume alors que les peuplements de mélèzes et de douglas sont de plus en plus présents. Il est dès lors apparu nécessaire de revoir les courbes de productivité de ces essences afin de pouvoir estimer leur production rapidement et à moindre coût.

Ces nouvelles courbes montrent que les mélèzes ont une croissance en hauteur dominante très précoce, mais elle ne se maintient pas au-delà de 20 ans. Les douglas et épicéas ont une croissance plus soutenue et comblent leur retard par rapport aux mélèzes respectivement vers 25 et 55 ans. Il semble également que la productivité des peuplements de mélèze soit relativement similaire. Ce constat vient probablement de l’attention portée à l’adéquation essence-station et à la bonne reprise des plantations. Pour le douglas et l’épicéa, les indices de productivité sont plus dispersés. Probablement en raison de la variabilité génétique pour le douglas et de la large gamme de stations dans lesquelles l’épicéa a été planté.

De nouvelles classes de productivité ont été définies. L’indice de productivité moyen se trouve dans la deuxième classe qui est centrée à 27 mètres à 50 ans pour l’épicéa et les mélèzes et à 36 mètres pour le douglas, toujours à 50 ans.

Pour les gestionnaires souhaitant connaître la classe de productivité de leurs peuplements, un outil a été mis en ligne sur le site de l’unité de Gestion des Forêts et des Milieux Naturels de Gembloux Agro-Bio Tech afin de l’estimer et de pouvoir se situer par rapport au niveau de production attendu. [S.P.]

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

Perin J., De THier O., Claessens H., Lejeune p., Hébert J. [2014]. Nouvelles courbes de productivité harmonisées pour le douglas, l’épicéa et les mélèzes en Wallonie. Forêt Wallonne 129 : 27-41 (15 p., 8 fig., 4 tab., 10 réf.).

 

Quantifier la ressource forestière grâce au LiDAR, quelques applications concrètes

Stéphanie Bonnet, Laurent Dedry, Sébastien Bauwens, Tanguy De Jaegere, Philippe Lejeune

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

Bonnet S., Dedry L., Bauwens S., De Jaegere T., Lejeune P. [2014]. Quantifier la ressource forestière grâce au LiDAR, quelques applications concrètes. Forêt Wallonne 129 : 42-43.

 

IFA : un logiciel simple pour la réalisation et le traitement d’inventaires forestiers d’aménagement

Olivier De Thier, Jonathan Lisein, Philippe Lejeune

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

De Thier O., Lisein J., Lejeune P. [2014]. IFA : un logiciel simple pour la réalisation et le traitement d’inventaires forestiers d’aménagement. Forêt Wallonne 129 : 44-45.

 

Influence du changement climatique sur l’accroissement du hêtre en Wallonie

Nicolas Latte, Hugues Claessens

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

Latte N, Claessens H. [2014]. Influence du changement climatique sur l’accroissement du hêtre en Wallonie. Forêt Wallonne 129 : 46-47.

 

fw129-dendroUCLComment nos principales essences réagissent-elles à la sécheresse ?

Tanguy Manise, Caroline Vincke

Le contexte des changements climatiques induit une modification du cycle de l’eau, en particulier une augmentation de la fréquence et de l’intensité des sécheresses estivales. Il est dès lors crucial de mieux connaître la vulnérabilité des essences aux contraintes hydriques car leurs effets directs et cumulés sur le long terme peuvent être à l’origine de dépérissement et de mortalité.

Cette étude a évalué, pour la période 1970-2010, la vulnérabilité au stress hydrique des quatre essences les plus représentées en Wallonie (chênes, hêtre, épicéa et douglas).

Les résultats montrent que les sites feuillus présentent un indice de stress moyen plus élevé que les sites résineux. Les années pour lesquelles l’indice de stress moyen pour tous les peuplements est le plus élevé sont 1976 et 2003.

L’étude dendrochronologique de la croissance radiale a mis en évidence les éléments suivants:

  • sur les quarante dernières années, seule une année (1976) a été défavorable l’année même pour la majorité des sites étudiés ;
  • les feuillus, et surtout les hêtraies, présentent des pertes de croissance en cas d’année stressante (quel que soit le stress) beaucoup plus importantes que les résineux. Par ailleurs, la sensibilité au climat (la réponse de l’accroissement radial aux conditions climatiques) est beaucoup plus importante pour les peuplements feuillus. Pour le hêtre, cette sensibilité augmente de manière constante depuis 40 ans ;
  • un synchronisme de la dynamique de croissance des différents peuplements d’une même espèce est observé pour les chênes, les hêtres et les épicéas ; il débute à des périodes variables selon l’espèce. Ce phénomène particulier suggère une augmentation de la réactivité des arbres vis-à-vis du climat, quel que soit le site sur lequel ils sont implantés ;
  • la réserve en eau utile maximale du sol a une influence déterminante sur la croissance radiale de toutes les espèces étudiées : les arbres présents sur des sols à faible réserve en eau ont été les plus affectés et les plus sensibles au climat depuis 1970.

Sur base de ces constats, il est plus que jamais nécessaire de veiller à l’adéquation essence-station sur base climatique mais aussi sur les critères qui favorisent une bonne prospection racinaire, tout en menant une sylviculture favorisant une recharge optimale en eau des sols forestiers. [C.H.]

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

Manise T., Vincke C. [2014]. Impact du climat et des déficits hydriques stationnels sur la croissance radiale du hêtre, du chêne de l’épicéa et du douglas en Wallonie. Forêt Wallonne 123 : 48-57 (10 p., 7 fig., 1 tab., 11 réf.).

 

Des apports d’amendements pour améliorer la stabilité des peuplements face aux stress hydriques

Raphaèle Van der Perre, Mathieu Jonard, Quentin Ponette

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

Van der Perre R., Jonard M., Ponette Q. [2014]. Des apports d’amendements pour améliorer la stabilité des peuplements face aux stress hydriques. Forêt Wallonne 129 : 58-59.

 

fw129-feeLe nouveau Fichier Écologique des Essences. Pourquoi et comment ?

Hugues Claessens, Eva Bifolchi, Stephen Bythell, Sophie Cordier,
Adelaïde de Bont, Arthur Desjonquères, Soraya Iboukassene,
François Ridremont, Raphaèle Van der Perre, Caroline Vincke, Quentin Ponette

Le Fichier Écologique des Essences et le Guide de Boisement sont deux outils particulièrement utiles à tout gestionnaire forestier. En effet, depuis maintenant plus de 20 ans ils aident les sylviculteurs à déterminer quelles essences planter ou favoriser. Cependant, ils méritent une mise à niveau afin de répondre au mieux aux besoins des utilisateurs.

Les motivations de cette révision sont multiples. Tout d’abord, les connaissances sur l’adéquation essence-station ont fortement évolué et des essences autrefois considérées comme secondaires ont pris une place plus importante dans la production. D’autre part, il apparaît nécessaire de tenir compte de l’évolution du climat dans les choix actuels de boisement. Aussi, la première version du Fichier Écologique des Essences ne tenait compte que de l’aptitude des essences à produire du bois d’œuvre. Or, les nombreuses fonctions que remplissent les forêts (« services écosystémiques ») sont maintenant reconnues au travers, notamment, du code forestier, de Natura 2000 et des certifications. Ce dernier constat a mené à la création d’une nouvelle classe d’aptitude : la « tolérance élargie » afin de tenir compte du rôle d’accompagnement (écologique ou sylvicole) des essences.

Quelques évolutions majeures vont également venir améliorer l’outil. Ainsi, les territoires écologiques seront revus et la délimitation de nouvelles zones sera basée uniquement sur le climat. Une nouvelle matrice d’aptitude permettra également d’harmoniser la démarche du Guide de Boisement, du Fichier Écologiques des Essences et de la Flore Forestière Française. Autre nouveauté, les facteurs relatifs au sol seront clairement explicités pour que chacun comprenne la nature des contraintes et puisse réaliser tous les tests nécessaires à un bon diagnostic stationnel. Le comportement des essences face aux changements climatiques sera pris en compte tout au long du document grâce à des pictogrammes qui permettront de pointer les caractéristiques favorables ou non de l’essence. La nécessité de tenir compte de la multifonctionnalité des forêts a mené à la création d’une nouvelle rubrique qui permettra d’apporter des informations quant aux impacts de l’essence sur l’écosystème. Dernière évolution majeure, Guide de Boisement et Fichier Écologique des Essences seront maintenant fusionnés pour ne former qu’un seul outil. Le choix des essences reposera donc sur le principe du Guide de Boisement, bien plus efficace pour tenir compte des caractéristiques de la station et sera complété par les informations reprises dans les fiches spécifiques des essences (productivité, rôle écologique, etc.).

Ce nouveau document permettra donc de tenir compte de l’évolution des connaissances, des changements sociétaux et climatiques et du recul acquis sur le Fichier Écologique des Essences et du Guide de Boisement afin de donner aux gestionnaires toutes les clés pour réaliser le choix le plus judicieux de boisement. [S.P.]

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

Claessens H., Bifolchi E., Bythell S., Cordier S., De Bont A., Desjonquères A., Iboukassene S., Ridremont F., Van Der Perre R., Vincke C., Ponette Q. [2014]. Le nouveau Fichier Écologique des Essences. Pourquoi et comment ? Forêt Wallonne 129 : 60-70 (11 p., 5 fig., 1 tab., 16 réf.).

 

fw125-fnefPrix des bois sur pied : printemps-été 2014

FNEF

Télécharger l'article au format pdf 0reader_icon_special

FNEF [2014]. Liste des prix moyens des bois sur pied : printemps-été 2014. Forêt Wallonne 129 : 71-72 (2 p., 1 tab.).

Contact

Forêt Wallonne asbl
Rue Nanon 98
5000 Namur
T +32 (0)81 390 800
info@foretwallonne.be

Evenements

Forêt-MAIL