Main menu

foretnature

Forêt.Nature n° 136 (juillet-septembre 2015)

FO136-1cover

La revue technique consacrée à la gestion résiliente des espaces forestiers et naturels. Abonnez-vous !

Acheter ce numéro à la pièce

Feuilletez l'édito et le sommaire de ce nouveau numéro. feuilleter

 

 

Vous avez vu ou tiré un animal portant une marque identificatrice ?

Frédéric Della Libera

 

 

Forêt.Nature 136Le retour du loup en Wallonie…
Rêve ou réalité ?

Anthony Kohler

Longtemps considéré comme nuisible, et à ce titre détruit dans de nombreuses régions, le loup fait depuis quelques années son retour dans la plupart des pays d’Europe. La protection dont il fait l’objet et les modifications du paysage écologique européen sont deux éléments propices à l’expansion des populations relictuelles. Son mode de vie en meute, entraînant une dispersion quasi mécanique de l’espèce, le pousse à recoloniser d’anciens territoires pour peu qu’ils puissent répondre à ses besoins. Parmi ceux-ci, la disponibilité du grand gibier est une condition sine qua non.

Deux flux de dispersion pointent vers la Wallonie. Le premier a pour origine l’Europe de l’Est et colonise l’Allemagne ; le second vient d’Italie et est remonté en France jusque dans les Vosges via les Alpes. Il est probable que des individus aient déjà traversé notre territoire mais sa présence n’est généralement révélée qu’à l’occasion d’attaques sur des animaux d’élevage.

L’impact du loup sur le biotope est multiple, notamment la prédation directe sur les herbivores sauvages ou la régulation liée à la « théorie de la peur ».

0reader icon special Télécharger l'article complet

 

Références à télécharger/consulter

icon web 1 FERUS (2015). www.ferus.fr. Consultation : 08/09/2015.

icon web 2 La Buvette des Alpages (2015). www.buvettedesalpages.be. Consultation : 08/09/2015.

0reader icon special 4 Leonard Y., Briaudet P.-E., Bataille A., Canut M., Goujon G., Chenesseau D., Schwoerer M.-L., Steinmetz J., Duchamp C. (2015). Bilan du suivi hivernal 2014/2015. Bulletin loup du Réseau Loup-lynx ONCFS : 14-22.

icon web 7 NABU (2015). www.nabu.de. Consultation : 08/09/2015.

icon web Présence des Grands Carnivores : Loup et Lynx. Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. Consultation : 24/09/2015.

 

------------------------------

« Réseau écologique quel modèle pour demain ? »

Actes des Journées européennes des Parcs naturels, Neufchâteau, 20 et 21 mai 2015

logo FPNW Fédération des Parcs naturels de Wallonie

 

 

Forêt.Nature 136logo FPNW Des territoires vivants qui se développent

Nicolas Nederlandt

L’intérêt d’un inventaire et d’une caractérisation fine du réseau écologique à l’échelle d’un Parc naturel est montré à travers deux exemples.

Premièrement, le Parc naturel des Vallées de la Burdinale et de la Mehaigne a inventorié et cartographié son patrimoine naturel. Il en a tiré des zones de différentes catégories et les a accompagnées de recommandations voire de plans simple de gestion à destination des quatre communes du territoire.

Deuxièmement, le Parc naturel des Plaines de l’Escaut, en partenariat avec son voisin français, le Parc naturel régional Scarpe-Escaut, a pu identifier la trame écologique des deux territoires et proposer des aménagements de préservation et de restauration (mares, haies…).

La Fédération des Parcs naturels promeut une approche opérationnelle auprès de ses membres et les met en réseau afin de mutualiser les expériences.

Références à télécharger/consulter

icon web 2 Portail de la Biodiversité en Wallonie. Plantes protégées et menacées de Wallonie : biodiversite.wallonie.be/fr/plantes-protegees-et-menacees.html?IDC=3076 (10/08/2015).

 

 

Forêt.Nature 136logo FPNW Concilier agriculture et environnement

Denis Amerlynck

La conciliation entre le maintien d’un environnement de qualité et une agriculture durable est abordée par l’angle économique au sein du Parc naturel Haute-Sûre Forêt d’Anlier. La rentabilité d’une exploitation d’élevage étant fortement liée à l’alimentation du bétail et à la gestion des surfaces fourragères (70 % des coûts variables), le premier axe de travail est l’autonomie fourragère des exploitations. Un groupe pilote d’agriculteurs a pu bénéficier d’un bilan annuel comprenant : analyses de terres, de matières argonaiques, de fourrages produits, de concentrés… aboutissant à un plan annuel de fertilisation et un bilan fourrager. Le second axe de travail est le soutien à la diversification des agriculteurs, de l’accompagnement de leur projet à la mise en place des formes de distribution alternatives de la production locale.

Références à télécharger/consulter

icon web www.centredemichamps.be (24/09/2015).

 

 

logo FPNW Dynamiser le tourisme dans les territoires des Parcs naturels

Laurence Libotte

Points-clefs :
• Le tourisme fait partie du développement économique du territoire d’un Parc naturel.
• La valorisation des produits locaux et du patrimoine culturels sont deux sujets traités en priorité.
• De plus, la forêt d’Anlier fait partie du réseau de promotion touristique « Les forêts d’Ardenne » avec pour thème particulier le « slow tourisme ».

 

 

Forêt.Nature 136logo FPNW La trame verte et bleue : retour sur l’expérience française

Romuald Loridan

La politique de trame verte et bleue en France (verte pour les milieux terrestres, bleue pour les milieux aquatiques et humides) répond a un besoin de lutte contre la fragmentation des habitats, première cause d’érosion de la biodiversité ordinaire. Sa base législative est reprise dans les Lois Grenelle I et II qui en définissent les objectifs et les éléments constitutifs.

Trois niveaux de territoire sont impliqués dans la mise en place de la trame verte et bleue : un pilotage national (qui donne les grandes orientations et les guides méthodologiques), le Schéma régional de cohérence écologique (l’échelon central du dispositif qui comprend notamment un diagnostic du territoire et un plan d’action stratégique) et les documents d’urbanisme au niveau local (qui traduisent concrètement les règles permettant de préserver ou de restaurer la trame verte et bleue).

De plus, des actions plus transversales sont mises en place notamment avec les domaines des infrastructures (construction d’écoponts), de l’agriculture et forestiers.

Références à télécharger/consulter

icon web www.trameverteetbleue.fr (24/09/2015).

 

 

Forêt.Nature 136logo FPNW Le réseau écologique dans une zone fortement urbanisée

Marijke Thoonen

La Flandre est une région densément peuplée et à l’activité économique très développée. Cette situation engendre une compétition forte pour l’occupation du territoire. Dans ce contexte, la mise en place d’un réseau écologique est une nécessité pour atteindre les objectifs de conservation de la biodiversité que la Flandre s’est fixée. Deux réseaux existent en parallèle, qui se chevauchent partiellement mais qui ont été créés indépendamment et suivant des processus différents. Le premier est le réseau écologique flamand issus de la mise à jour des plans de secteur (90 000 ha désignés) et le second est Natura 2000 (166 322 ha de ZPS). Leur gestion quotidienne est assurée aussi bien par l’administration que par des propriétaires privés ou des organisations de protection de la nature. Les connectivités et certains milieux caractéristiques comme ceux relevant de pratiques agricoles anciennes devraient toutefois faire l’objet d’une attention plus particulière.

 

 

Forêt.Nature 136logo FPNW Restauration du réseau écologique dans le Parc naturel Haute-Sûre Forêt d’Anlier

Nicolas Mayon, Christine Leclercq

Le Parc naturel Haute-Sûre Forêt d’Anlier compte 14 sites Natura 2000 couvrant près de 20 % de sa superficie. Les nombreux projets de restauration entrepris ces dernières années ont permis d’y réhabiliter des sites naturels de grande valeur au bénéfice du réseau écologique.

Parmi les actions entreprises, on peut citer :
• La restauration des fonds de vallée humides pour la loutre et d’autres espèces prioriaires (papillons, notamment).
• La création de plusieurs réserves naturelles composées majoritairement d’une mosaïque de milieux humides (par exemple : le Fonds des prés).
• La protection des cours d’eau en milieu agricole, avec l’installation de clôtures, de passerelles et d’abreuvoirs adaptés.
• La mise en place d’actions innovantes de restauration des prairies, pelouses et bas-marais via le projet Life Herbage.
• La lutte contre les espèces invasives.
• La restauration de la libre circulation de la faune aquatique.
• La replantation de haies indigènes.

Références à télécharger/consulter

icon web ICEW 2014, etat.environnement.wallonie.be (24/09/2015)

icon web bd.eionet.europa.eu/activities/Reporting/Article_17/Reports_2013 (24/09/2015)

icon web biodiversite.wallonie.be/fr/resultats-du-rapportage-article-17-au-titre-de-la-directive-92-43-cee-pour-la-periode-2007-2012.html?IDD=4237&IDC=5803 (24/09/2015)

------------------------------

 

Forêt.Nature 136Note de référence pour la gestion du frêne dans le contexte de la crise liée à la chalarose

Laurence Delahaye, Marc Herman, Hugues Claessens, Anne Chandelier, Didier Marchal

La chalarose, ou maladie du frêne, est présente sur tout le territoire wallon depuis 2012. Les jeunes plantations de moins de 90 cm de circonférence sont les plus touchées. Toutefois, des sujets sains semblent cohabiter avec des arbres atteints. Il importe donc de ne pas les couper prématurément au risque de voir disparaître la sylviculture du frêne en Wallonie.

Le champignon responsable de la maladie, Hymenoscyphus fraxineus, provoque des nécroses au collet, causant un affaiblissement important de l’arbre favorable à l’infection des racines par des armillaires présentes dans le sol. Pour le forestier, c’est donc l’état du collet qui prime sur l’état du houppier dans sa décision d’intervenir.

L’Observatoire wallon de la santé des forêts préconise de garder dans le processus normal des coupes les sujets de plus de 90 cm non atteints au collet afin de maintenir des semenciers susceptibles d’assurer une régénération moins sensible à la chalarose. Les peuplements mélangés sont également à favoriser. Un outil d’aide à la gestion en fonction de la circonférence des arbres, du type de peuplement et des symptômes observés est proposé en fin d’article.

 

 

Forêt.Nature 136Structure de la propriété forestière en Wallonie et cartographie du morcellement foncier

Vincent Colson, Boris Delfosse, Hugues Lecomte, Didier Marchal

Un état des lieux du morcellement foncier de la forêt wallonne est un préalable indispensable à toute politique régionale cohérente. Si les propriétés publiques sont relativement bien connues, la forêt privée restait jusqu’à présent soumise à un manque de données exploitables. Aujourd’hui, grâce à la mise en commun de plusieurs sources d’informations, la Région dispose de données actualisées sur la structure foncière de la forêt wallonne. Les données cadastrales (anonymes) ont été croisées avec celles de l’IGN.

Les premières informations montrent que le nombre de propriétés publiques est de 1 655 pour une superficie de 287 137 ha. 7 % d’entre elles font plus de 500 ha et composent 90 % de la surface forestière publique. Les propriétés forestières privées sont au nombre de 89 790 pour une superficie de 273 478 ha. La surface moyenne des propriétés privées est de 3 ha mais 91 % d’entre elles ont une superficie inférieure à 5 ha (25 % de la surface privée). À l’inverse, moins de 1 % des propriétés privées affichent plus de 100 ha (27 % de la surface privée).

Références à télécharger/consulter

0reader icon special 1 Colson V., Puissant T., Hébert J, Rondeux J. (2004). La forêt privée wallonne et sa gestion : des chiffres qui parlent. Cahier forestier de Gembloux n° 31, 42 p.

0reader icon special 2 Gérard E., Laurent C. (1995). Statut foncier des forêts wallonnes. In État de l’environnement wallon 1995, Tome 3, Forêt et Sylviculture. MRW, DGRNE, Jambes, p. 24-25.

0reader icon special 4 Laurent C. (2000). Morcellement de la forêt. In État de l’environnement wallon 2000, L’environnement wallon à l’aube du XXIème siècle, Approche évolutive. MRW, DGRNE, Jambes, p. 202-204.

0reader icon special 5 Marchal D., Fagot J., Heyninck C. (2012). Prise en compte du paysage dans la gestion forestière. Partie 1 : quelques principes. Forêt Wallonne 116 : 30-41.

0reader icon special 7 Rondeux J., Colson V., Farcy C., Marchal D. (2015). Forest Land Ownership Change in Belgium. COST Action FP1201 FACESMAP Country Report, European Forest Institute Central-East and South-East European Regional Office, Vienna, 39 p.

0reader icon special 10 Živojinović I., Weiss G., Lidestav G., Feliciano D., Hujala T., Dobšinská Z., Lawrence A.,Nybakk E., Quiroga S., Schraml U. (2015). Forest Land Ownership Change in Europe. COSTAction FP1201 FACESMAP Country Reports, Joint Volume. EFICEEC-EFISEE Research Report. University of Natural Resources and Life Sciences, Vienna (BOKU), Vienna, Austria, 693 p.

icon web facesmap.boku.ac.at (24/09/2015)

 

 

Forêt.Nature 136

Portfolio : Festival international Nature Namur

 

 

 
Forêt.Nature 136

Indices de présence du loup

Baudouin de Menten, Anthony Kohler

 

 

Parutions

Ouvrages ou synthèses à télécharger

0reader icon special Les indicateurs clés de l’environnement wallon 2014

0reader icon special Les enjeux de la conférence de Paris. Penser autrement la question climatique.

0reader icon special PanoraBois Wallonie

0reader icon special Réussir la plantation forestière. Contrôle et réception des travaux de reboisement

 

Contact

Forêt Wallonne asbl
Rue Nanon 98
5000 Namur
T +32 (0)81 390 800
info@foretwallonne.be

Evenements

Forêt-MAIL