Main menu

La revue technique consacrée à la gestion résiliente
des espaces forestiers et naturels

 

FO150

  Abonnez-vous !

  Achetez ce numéro à la pièce

  feuilleter Feuilletez-le

 

Sommaire du n° 150 (janvier-mars 2019)

 

Brèves. Prix moyens des bois sur pied printemps-été 2019

0iconweb Télécharger l'article

 

Ateliers forestiers de Forêt.Nature. Programme de formations 2e semestre 2019.

0iconweb Télécharger l'article

 

Quel avenir pour les animaux exotiques envahissants en Wallonie ?

Etienne Branquart, Adrien Latli, Jean-Philippe Bizoux, Luc Baufay, Stéphan Adant

Une étude belge récente (Belgian IAS Manageability Assessment) a permis de fixer un objectif de gestion réaliste pour chacune des espèces exotiques envahissantes listées par le Règlement européen 1143/2014 consacré aux mesures de prévention et de lutte contre ces espèces. Cet objectif tient compte de leur état d’implantation sur le territoire belge, de leurs caractéristiques biologiques intrinsèques, des techniques de lutte aujourd’hui disponibles, de leur acceptabilité par le public et du coût de ces opérations.

Traduits à l’échelle de la Wallonie, les résultats de cette étude suggèrent que 11 des 18 espèces animales envahissantes présentes sur son territoire peuvent faire l’objet de mesures d’éradication ou de confinement à un prix raisonnable en regard du coût environnemental et socio-économique qu’elles sont susceptibles d’engendrer. Cet objectif ne pourra toutefois être atteint qu’à condition de mobiliser très rapidement les moyens humains et financiers nécessaires et de se doter d’un cadre réglementaire approprié pour encadrer ces actions en Wallonie.

 

Portfolio. Le dernier brame

Jean-claude Servais

 

De nouvelles zones de nature protégées à Bruxelles

Stéphane Vanwijnsberghe, Mathias Engelbeen, Matthieu Fain, Etienne Aulotte, Ben Van Der Wijden

La Région bruxelloise abrite une richesse naturelle parfois insoupsonnée. Dans une ville-Région qui se densifie, où le foncier se rarifie, la nature est de plus en plus mise sous pression. Afin d’assurer sa protection, la Région a adopté en avril 2016 son premier « Plan Nature ». Dans ce cadre, plusieurs sites semi-naturels viennent d’être protégés : le réseau Natura 2000 a été étendu et deux nouvelles réserves naturelles ont été désignées.

La protection de la nature ne se limite pas aux sites protégés. L’ambition du Plan Nature est de favoriser la présence de nature partout en ville. Les décisions récentes prises dans le cadre du Programme Régional de Réduction des Pesticides 2018-2022 adopté en juillet 2017 va également dans ce sens. Ce programme vise à réduire l’utilisation des pesticides en général, voire à interdire l’utilisation de certains (glyphosate, néonicotinoïdes…).

 

Épicéas scolytés : impacts du bleuissement sur les caractéristiques de son bois et sa valorisation industrielle

Jean-Marc Henin, Cécile Lesire, Caroline Pollet, Jacques Hébert, Benoit Jourez

Les pullulations de scolytes observées en 2018 dans les pessières wallonnes ont engendré l’afflux sur le marché de volumes considérables de bois bleuis. Cette discoloration profonde du bois est la conséquence de l’inoculation par les scolytes de champignons de bleuissement, dont les hyphes se développent à l’intérieur des cellules du bois. Ces champignons ne colonisent toutefois que l’aubier et, puisqu’ils n’altèrent pas la composition chimique des parois cellulaires, leur incidence sur les propriétés technologiques du bois est en pratique faible. Néanmoins, le bleuissement du bois réduit substantiellement les perspectives de transformation du matériau. En effet, pour la majorité des filières de valorisation de l’épicéa, le bleuissement du bois diminue l’attrait du produit fini pour le consommateur, voire l’anéantit totalement. Très clairement, ce rejet repose davantage sur des considérations esthétiques que techniques ou de qualité du produit.

Dès lors, si des solutions technologiques telles que l’application d’une peinture ou le traitement à haute température peuvent pallier la discoloration du bois bleui, la valorisation de cette ressource passe également par l’éducation ou l’information du consommateur.

La recherche scientifique a aussi un rôle indéniable à jouer en fournissant un appui aux entreprises de la filière bois. 

Références à télécharger/consulter

0iconweb 11. FCBA/SYPAL (2016). Bleuissement et moisissures sur les palettes et emballages en bois. Note d’information technique, 4 p.

0iconweb 21. Linnakoski R., Mahilainen S., Harrington A., Vanhanen H., Eriksson M., Mehtätalo L., Pappinen A., Wingfield M.J. (2016). Seasonal succession of fungi associated with Ips typographus beetles and their phoretic mites in an outbreak region of Finland. PLoS ONE 11(5).

0iconweb 33. Gemboux Agro-Bio Tech (2019). Localisation d’épicéas scolytés ou dépérissants. Site internet Gemboux Agro-Bio Tech (ULiège).

 

Une Agora citoyenne pour Saint-Michel-Freyr  : comment co-construire un modèle participatif pour la gestion de la forêt ?

Charlotte Bréda, Dorothée Denayer, Pierre M. Stassart, François Mélard

Dans le cadre du projet de gestion différenciée de la forêt de Saint-Michel-Freyr, une Agora citoyenne sera mise en place. Sa mission sera de proposer des orientations et des actions (partenariats, événements, aménagements…) et d’intégrer la participation citoyenne dans les trois axes du Master Plan qui guidera la gestion à venir du territoire. Quelle forme donner à cette Agora ? Qui participera et à quels aspects ? Quel sera le pouvoir d’une telle instance ? Qu’en est-il des autres acteurs du territoire, ceux qui sont historiquement présents et actifs et ceux qui voudraient s’y investir ? Pour répondre à ces questions et dépasser la participation de façade, l’équipe de projet de Saint-Michel-Freyr collabore avec une équipe de chercheurs en sciences sociales de l’Université de Liège, spécialistes des questions d’environnement et de sciences citoyennes. La méthode inédite de participation et ses enjeux qui vont au-delà du projet ardennais sont présentés en détails dans cet article.

0iconweb Télécharger l'article

 

Première vente sur le parc à grumes de Wallonie

Caroline Guiller, Céline Prévot

Le 21 février 2019, le parc à grumes de Wallonie a connu sa première vente. L’objectif ? Valoriser au mieux les bois de très haute qualité. Soixante-cinq bois feuillus, majoritairement des chênes, quelques érables et merisiers, ont été exposés sur le cantonnement de Nassogne. Ces bois provenaient de 14 propriétaires publics issus de toute la Wallonie.

Un large éventail de différents métiers de la filière bois ont remis des offres : scieurs, marchands de bois, trancheurs, merrandiers et ébénistes. Le prix moyen de vente atteint 890 euros/m3 pour les chênes, 353 euros/m3 pour les érables et 188 euros/m3 pour les merisiers. L’article présente les résultats de la vente en chiffres et en images. 

0iconweb Télécharger l'article

 

T’as de beaux nœuds tu sais ! Retour de formation sur la qualité des bois

Céline Prévot, Sébastien Petit

Début 2019, 24 journées de formation sur la qualité des bois ont été animées par Forêt.Nature. Les objectifs de cette formation étaient d’apprendre à repérer les défauts sur l’écorce des arbres, d’évaluer l’impact de ces défauts sur la qualité du bois et de faire un lien entre la qualité et les différents usages. Les participants ont également pu bénéficier de la présence du parc à grumes de Wallonie pour appréhender les différentes qualités exposées. Quelques défauts sont décrits et illustrés dans cet article. Quelques usages du bois y sont également développés.

 

Portfolio. Les cités forestières de Luc Schuiten

 

Homme-Nature, La drôle de guerre

Daniel Gibert, Luc Schuiten

 

Vers un suivi multi-dispositifs de la biodiversité en forêt en France métropolitaine

Julie Dorioz, Fabienne Benest, Nicolas Debaive, Marion Gosselin, Guy Landmann

L’article est basé sur les dix dispositifs, d’envergure nationale, qui contribuent au suivi de différentes composantes de la biodiversité forestière métropolitaine. Ces réseaux sont susceptibles de constituer une base intéressante pour établir un outil national de pilotage de la biodiversité : leurs atouts et limites sont analysées au regard de cet objectif. Ils possèdent des emprises taxonomiques variées mais limitées (souvent centrée sur les arbres) et ne couvrent pas suffisamment certains taxons forestiers (lichens, champignon, mousses…). La dimension génétique de la biodiversité est peu prise en compte. En outre, les stratégies d’échantillonnage varient largement d’un dispositif à l’autre, voire d’un taxon à l’autre au sein du même réseau d’observation. Ainsi, l’articulation des dispositifs existants et leur renforcement ciblé, en vue du déploiement d’un outil national, constituent un défi que les auteurs appellent à relever. Une analyse de leurs atouts et limites au regard de cet objectif a été réalisée. 

 

Parutions 

Ouvrages ou synthèses à télécharger 

0iconweb Highlights Report 2018. Belgian Biodiversity Platform, 30 p.

0iconweb Cahier du GHFF Forêt, environnement et société n° 29 : « Forêt, arts et culture : critiques et utopies » et « Dans les Pas des archives départementales du Jura ». Groupe d’Histoire des Forêts Françaises, 140 p.

0iconweb Le Mémento. Inventaire forestier, éditions 2018. IGN, 32 p.

0iconweb Ouvrons le panel des essences agroforestières dans un contexte de changements climatiques. Projet AForCLIM, 30 p.

0iconweb La faune sauvage à la trace. Le suivi des espèces à l’ONCFS. ONCFS, 99 p.

0iconweb Forest Practices & Climate Change. EIP-AGRI Focus Group, 36 p.

 

 

 

La revue FORÊT.NATURE est réalisée avec le soutien de l’Accord-cadre de recherches et vulgarisation forestières.

 logo RF

 

 

Contact

Forêt.Nature
(Forêt Wallonne asbl)
Rue de la Plaine 9
6900 Marche-en-Famenne
T +32 (0)84 22 35 70
info@foretnature.be

Ce site utilise des cookies pour faciliter la navigation.